La découverte du Moyen-Age en littérature commence par la lecture d’un roman et notamment par son INCIPIT (les 1ères lignes ou pages) :

  • un lieu : le comté messin (Metz), ses rivières, ses collines, forêts, châteaux…
  • un odieux personnage, le comte de Morlange
  • une époque : le XVe siècle avec ses pauvres opprimés par les seigneurs, la condition des femmes …
  • un genre : le fantastique … mettant en scène une incroyable vengeance!

Une fois le livre lu et analysé … Place à l’écriture!

Les binômes mis en place vont devoir se mettre en quête de la vie de Bayonne au Moyen-Age, écrire un incipit situant un personnage … au nom moyenâgeux dans la ville en évitant les anachronismes, en restant crédibles (merci les cours d’histoire, ses documents sur la ville et internet).

Ils ont dû aussi imaginer le récit complet en faisant apparaître la table des matières.

Tout ce beau travail de recherches et d’écriture n’aurait pas été abouti si les élèves n’étaient pas ensuite passés par la fastidieuse mais indispensable phase de corrections multiples.

Enfin, un produit bien travaillé n’attend plus qu’un bel habillage : celui de la 1ère de couverture! Et voilà le résultat! Bravo à tous!

  • « Ce que j’ai préféré dans ce travail sont les premières lignes : c’est le commencement d’une aventure… »
  • « C’était amusant de penser que de nombreux écrivains sont passés par là aussi! Ce travail nous a demandé beaucoup de recherches pour un texte de 30 lignes … et dire que les livres des écrivains en font plus de 200! Je dis « chapeau » à tous les écrivains de roman! »
  • « Bien que ce soit très frustrant de ne pas toujours trouver de résultats à nos recherches, c’est aussi très plaisant d’imaginer un personnage qui a notre âge : j’ai écrit en quelque sorte les aventures que j’aimerais vivre. C’est un peu comme si le personnage faisait partie de ma famille et que je dirigeais sa vie. Plus j’avançais dans l’histoire, plus je le connaissais. »
  • « Monter une table des matières n’est pas facile parce qu’il faut imaginer la suite de l’histoire alors qu’on n’a écrit que le premier chapitre. »
  • « Malgré la difficulté, c’était intéressant de se cultiver sur le passé de notre ville. »
  • « Il a fallu beaucoup de patience, de détermination et d’imagination pour venir à bout du chapitre. Au fond de moi, j’ai eu l’impression d’être écrivaine. J’ai compris qu’un auteur s’attache aux personnages qu’il crée, il ressent ses émotions. »